Le blog de Katrin Alexandre (alias Mademoiselle K)

  • delassements1

Mes contributions littéraires

Petite définition

  • boudoir1

Paper Blog

  • paperblog member

« Un moscovite à Paris | Accueil | A la table des libertins ou l'amour gourmand »

lundi 13 fév 2006

Commentaires

ralphy

Je suis confus... j'ignorais, très chère, que nos amours étaient publics !

;-)

Corto

Ma belle aimée

vous le savez bien, vos mots me touchent à chaques fois, quand vos levres les déposent avec délicatesse dans le creu de mon oreille, quand vos mains douces les couchent sur le papier, quand ils s'envollent vers moi et que vos yeux brillent de mille lumieres et de mille beauté

Chaque jour est une fête, faites d'âmour, de mots, de désirs, de magie, de contemplations et ce soir encore, comme chaque soir, célebron nos retrouvailles, notre âmour, nos fusions charnelles, mille fois je vous aime mon bel âmour

la nuit est belle, vous, ici, votre corps en offrande sacrée, je vous couvre de mille baisers ardent, vos dévotions, encore...

la nuit est belle, et ne fais que commencer...tu es toutes à moi et je suis à toi

baisons âmour, oui baisons encore !

sheepyr

Oui c'est chaque jour.

X-Addict

Oui ne jamais arreter de ce le dire, de se donner, de se vivre.

Noway_

Au plus loin, cette porte se ferme
Sur ta main, mon sexe
Aujourd’hui je vais te baiser ma valentine
Tu me connais si peu
..
[On naît tous à jouir.]
..
Mon plaisir est le disparate du paraître – le diffus
La dissonance visuelle – La décadence sex_tuelle
Un nœud coulant_glissant – Un amarrage touché par ta grâce
Le polymorphe du vide
Testament griffé
Sur la turgescence de l’enfant
Je suis le polycopié froissé du regret à venir
[..]
La capacité est décapsulée – Extorsion des paresses
Braquage du dé_vivre _ Braquemard
[.]
Tu es un opiacé empalé sur le poignard des jouissances
..
Couleur est –il_couleur _l’ odeur est-elle laiteuse
Les mots sont laids, les miens, pauvres, laids_tiens, les miens
Un hymne au désordre
« Intel_lect outside »
Mes phrases sont des ruines, depuis, de moi, des moi
Des fistules Fist_FuckéS
Ta syntaxe je la viole simplement
De « samples » sans taxe, hypocondriaques et toxiques
Brouillonne, sale, esseulée_ ir/regardable rhétorique
Sans homicides fixes
Je suis l’ Anté_thèse de thésards obsédés
Je la veux reflet d’une pauvreté _culturelle
Ma finalité phallocrat®ique
Soumise à l’interjection imperfectible
Apre et bien réelle - Sodomite
Sans jouissance _des mots sans les « ouïr »
En trancher des maux
Me laisser glisser dans les branchies de l’inceste verbale
Dégrafer les sutures sur ta langue
Faire l’amour avec une lamentation
Lécher les parois de l’immonde intracellulaire
Qui fouette fort _ Utérine cyprine
Je veux des mots brûlants _Une exode incantatoire
« VISITA INTERIORA TERRAE, Rectificandoque Invenies Occultum Lapidem »
Envoûtantes, fragiles et friables _ Les désagréables imprécations
A froid_ éviscérées.. Les offrandes
Non_sens des entrailles veineuses
Le vertige
De toi à moi_ ivres, trébuchants_ désorientés _ivres
Désorientés_ ivres_ de toi à moi
Une fièvre, une danse_ ivres
De toi à moi_ une transe exclusive
Sans repère_ aveuglés
« Je n’ai plus la force des silences »
Strangulés par des bains de soi
Se frôler, irritables, écorchés
Dégradation collatérale – Affable – Des soies de toi se superposent
Des doigts qui trépignent
Exploser les vitres du regardable
De toi à moi_ le givre de l’ivresse – La sentence en aurore
La liesse et les lèvres_ Une inquisition
S’ affoler des consistances dimensionnelles
Spectateurs impuissants_
Regarder les volutes des membres disloqués de désirs
Transfigurés_ bleuis_ alcalins et brutaux
Les appels qui se fracassent dans le gluant des sens _ épilepsie
Les ailes de louves,
S’extirpent des dalles jalouses, de l’irrecevable
De toi à moi_ ivres, trébuchant_ désorientés _ivres
Désorientés_ ivres_ de toi à moi
Une fièvre, une danse
Se méprendre à s’apprendre à dire « Joui »
Encore
Le réceptacle ouvert de l’oubli
La structure à se rompre
La peau à s’oublier
La vie à implorer _définitive
Sans retour – A verrouiller, l’errance
La porte ouverte à ne pas regarder
L’instant à jamais liquéfié _ Dégueule
Le placenta d’une chapelle
Le phallus tellurique encense l’insomnie
Sur nos jambes les étoiles explorées
Coulent sur nos jambes _magnifiées
Sur nos mains _défigurées
Les ciels comme des figurants
Sur nos pieds _les fuyantes pénombres carboniques
Aux sols les masques de nos solitudes _violacées
Des fulgurances
Sur les murs_ les fuites inscrites
Le magma est en pleur
Les météores de la conspiration pleuvent
Le barillet est chargé de caresses venimeuses
Centrifugation _ zone rouge_ départ imminent pour l’expérience :
JE TE VEUX MIENNE
Une immortalité axénique – Fruits d’entailles
Usurpant les échos – Hostile en soi
Emboutir en moi
A plat ventre en moi
Sadiquement précise
Comme un ballet de jalousies minimalistes miniatures
Comme une toxine pulsatrice
JE TE VEUX
Traçant des sillons boursouflés de syncopes, des paysages dans le fumigène de mes fêlures
Je te veux collectionnant des siècles à brasser de chaleur, de court-circuits, déployant des résonances primitives
Je veux être une route organique, menant à une falaise
Comme un piège
Je veux être tes derniers mots
Comme une gare
Toi de dos
Comme une porte à fermer
Sur ta main, mon sexe

Chatgrain

Pas besoin de saint pour baiser, il suffit il suffit de la caresser dans le sens du poil, elle miaule et j’ai la queue en l’air et puis quand chat mouille, cham chatouille. T’as raison K c’est pas une fois par an mais tous les jours qu’il faut jouer à chat.

Katrin

@ralphy: il est vrai que nous avons déjà quelques complicités :-)

Katrin

@corto: j'invoque tous les saints pour que nos retrouvailles soient toujours magiques...

Katrin

@sheepyr, Xaddict: heureuse de vous savoir sur la même longueur d'onde

Katrin

@noway: l'amour n'est que portes ouvertes, sinon il meurt.
@chatgrain: hmmm oui... les chats se moquent bien de quel jour on est, ils baisent.Point.

ralphy

Quoi qu'il en soit, joyeuse Saint Valentin. Ah, oups. N'est-ce pas la Saint Claude, aujourd'hui ? Joyeuse Saint Claude, dans ce cas...

Noway

@ Katrin : J’aime tes rétorques fines et realistes K.
C’est pour ça que je suis addict de Ton blog

Katrin

@Ralphy: je te la souhaite surtout à toi, en esperant que tu ais trouvé ta belle au bois dormant à reveiller...

Katrin

@noway: en tout cas, je suis ravie de te compter parmi mes fidèles

Hafyz

Ma Reine


Ta lettre me comble. Je craignais cette date fatidique, en effet qu’y faire ? me ferait tu reproche de ne pas supporter ce genre de réjouissance ? est ce à vrai dire ma faute, si je préfére t’aimer tout les jours ? J’avais peur que tu réagisse mal à mon anticonformisme de mœurs. Après tout, une grande majorité des Français de s’amuse t’elle pas à cette date ?
Ainsi ta lettre me comble de joie, je peux en effet constater que nos vues sur la question se rejoignent. Oui, moi aussi, je veux te baiser.

Haziz, ton Dandy.

Hafyz

Que diantre, faute de frappe dans mon propre nom. Je suis bien Hafiz et non Haziz.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Suivez-moi...

Devenir Fan

Découvrez le nouveau blog de Corto Santi

Ecoutez... C'est divin!

Encanaillez-vous dans mon Quartier des Plaisirs

Boudoir Lounge

Ma SexoPhonic Radio

  • boud1a

Amoureux Larcins

  • boudoir2

Albums Photos

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Photos et modèles

    Liaisons étrangères

    Sexo Phonic Radio, emoustillez vos sens

    Blog powered by Typepad
    Membre depuis 07/2005

    Souscrivez au fil RSS xml du Boudoir (clic sur ico

    Stats Boudoir

    Annuaires